Panorama des nouvelles solutions de mobilité d’entreprise

Les solutions de mobilité d'entreprise

Notre webinaire du jeudi 6 mai 2021 vous propose un décryptage, une découverte et un partage autour des nouvelles solutions de mobilité d’entreprise qui émergent depuis 2020 et pour les années à venir. Nous avions le plaisir d’accueillir Julien Honnart, Président de Klaxit et de l’Alliance des mobilités ; et Mathieu de Lophem, CEO et co-fondateur de Skipr. Découvrez dans ce webinaire et cet article les solutions de mobilité novatrices proposées.

Les nouvelles tendances mobilité d’entreprise post-Covid19

Le Covid vient redistribuer la manière dont on aborde les mobilités d’entreprise. De nouveaux équilibres se posent avec la mobilité et la démobilité, comme nous l’expliquions dans notre dernier webinaire avec Bruno Marzloff.

Un sondage que nous avions mené auprès de 200 entreprises françaises de différentes tailles révèle que 74,2% des répondants pensent que développer une nouvelle approche de la mobilité des collaborateurs est une priorité importante. 29 % estiment que cette priorité est renforcée par la pandémie.

Voici les leviers que les entreprises sont prêtes à actionner :

Sondage mobilité d'entreprise

Notre étude nous permet de déceler 3 grands nouveaux paramètres bouleversant la mobilité d’entreprise.

 

La flexibilité

  • Il n’existe plus un seul moyen de venir au travail : les collaborateurs peuvent combiner plusieurs modes de transport. 
  • Ils peuvent aussi choisir une mobilité différente d’un jour sur l’autre.
  • Les salariés ne viennent pas nécessairement sur leur lieu de travail tous les jours de la semaine.

Cette forte demande de flexibilité de la part des collaborateurs et des entreprises favorise la (re)naissance de dispositifs et services.

 

La durabilité

L’aspect développement durable de la mobilité d’entreprise est une tendance de fond depuis plusieurs années, qui s’est particulièrement accélérée cette dernière année suite à la pandémie. La prise en compte environnementale devient de plus en plus un réflexe quotidien pour le choix de nos modes de transport.

 

L’intégration aux territoires

L’acceptation d’une nouvelle solution de mobilité est conditionnée à son intégration sur le territoire, par les politiques locales (les villes, les régions, l’État). Cela passe notamment par l’aménagement des routes, des aides et subventions, etc.

Le développement du vélo est notamment favorisé par l’aménagement de pistes cyclables dans les métropoles. On a pu le constater à Paris, où les nouvelles structures (pistes cyclables et parkings) ont entraîné cette année une hausse de 60% des usages du vélo.

 

Le covoiturage domicile-travail avec Klaxit

Klaxit existe depuis 2012. L’entreprise rassemble aujourd’hui une cinquantaine de collaborateurs répartis sur quatre plateformes en France. 

 

La plateforme technologique Klaxit

Klaxit a racheté la plateforme IDVROOM de la SNCF en 2019 pour agrandir leur base utilisateurs à l’échelle nationale. Cela permet en plus de faciliter le déploiement du covoiturage sur l’ensemble des sites d’une entreprise, partout en France.

Le covoiturage domicile-travail démarre au sein de l’entreprise parce qu’elle permet de regrouper les utilisateurs qui arrivent au même endroit, à des horaires similaires. De plus, les utilisateurs sont plus en confiance avec les membres de leur entreprise. Un système au sein de la plateforme Klaxit permet de reconnaître ses collègues ou les entreprises voisines. Cela multiplie par quatre le passage au covoiturage.

Le service offre une garantie retour au domicile gratuite et sans avance de frais avec la MAIF si jamais le covoiturage est annulé.

 

L’accompagnement en entreprise

Il est également important d’expliquer ce qu’est le covoiturage, de répondre aux craintes, etc. Cela se traduit donc par un accompagnement sur le terrain, des webinaires et un forum bonnes pratiques.

Klaxit est lauréat d’un programme CEE nommé “Tous covoitureurs”, gratuit et disponible en ligne. Il  permet de sensibiliser les salariés au covoiturage grâce à des ateliers physiques ou digitaux et le financement pendant 4 mois de la gratuité de tous les trajets pour pouvoir tester le covoiturage. L’occasion parfaite de familiariser ses collaborateurs à ce mode de transport, d’avancer sur la réflexion FMD, de savoir combien de covoitureurs cela représenterait, et combien cela coûterait. 

De plus, Klaxit vous permet de proposer de nouveaux avantages salariés : chaque nouveau conducteur gagne une carte cadeau de 20€ et peut obtenir 5€ supplémentaires grâce au parrainage. En additionnant le prix du trajet, cela représente une trentaine d’euros gagnés pour le premier trajet de covoiturage, ce qui peut inciter à passer à l’acte.

 

Les partenariats avec les territoires

Parce qu’une plateforme technologique et un bon accompagnement ne sont plus forcément suffisants, Klaxit a développé plus d’une trentaine de partenariats avec des collectivités, ce qui permet de financer les trajets des utilisateurs.

 

L’Alliance des Mobilités au service de l’évolution des offres de transport

Julien Honnart est aussi Président de la branche Nouvelles Mobilités de l’Alliance des Mobilités. Créée en 2019, cette dernière regroupe toute la filière aval de l’automobile (concessionnaires, réparateurs, stations services, parkings…) mais aussi les revendeurs de vélo, les startups des nouvelles mobilités. Cela représente aujourd’hui 80 entreprises dont Getaround, Blablacar, Dott, Cityscoot, Citiz, etc. Ils travaillent sur les possibilités de nouvelles avancées en mobilité, notamment sur le Forfait Mobilité Durable.

 

Le FMD et crédit mobilité à la carte avec Skipr

Skipr est une solution digitale de mobilité. Elle accompagne les entreprises dans leur transition vers une mobilité plus flexible et plus durable pour leurs collaborateurs. Elle les assiste notamment à instaurer le forfait mobilité durable (FMD) ou le crédit mobilité.

Pour cela, Skipr équipe, d’une part, les collaborateurs en leur fournissant :

  • Une application copilote pour lui indiquer comment se déplacer d’un point A au point B en combinant différents types de transport (véhicule personnel, transports publics, transports partagés). L’objectif est de lui apporter le confort nécessaire pour utiliser de nouveaux moyens de transport. 
  • Une carte de paiement digitale ou physique pour utiliser le budget alloué par l’entreprise dans sa mobilité de tous les jours. 

D’autre part, elle équipe les ressources humaines avec une plateforme administrateur leur offrant deux fonctionnalités :

  • Instaurer les règles de l’entreprise pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’abus et avoir le contrôle sur les dépenses du collaborateur (pas de dépenses Uber par exemple).
  • Avoir une visibilité, respectueuse de la RGPD, sur les dépenses de mobilité pour mesurer les économies de CO2. Cela permet d’ancrer la mobilité des employés dans la transition écologique des entreprises.
 

Comment la mobilité d’entreprise peut-elle répondre au besoin de flexibilité ?

La crise sanitaire accentue le besoin de flexibilité. En effet, pendant un an, les entreprises ont financé parfois inutilement des abonnements et des véhicules de fonction aux télétravailleurs. Le télétravail risquant fort de se généraliser, les modèles de mobilité rigides ne sont plus les plus intéressants tant écologiquement que économiquement.

En France, deux dispositifs existent pour répondre au besoin de mobilité d’entreprise flexible : le forfait mobilité durable et le crédit mobilité.

 

Le forfait mobilité durable

Le forfait mobilité durable est un dispositif facultatif qui permet la prise en charge, totale ou partielle, par l’employeur des frais de déplacements personnels des employés entre leur domicile et leur lieu de travail, à hauteur de 500 € par an. La condition sine qua non de l’attribution de cette aide : être utilisée pour des solutions de mobilité douces, c’est-à-dire des transports alternatifs à la voiture individuelle.

Le FMD remplace l’indemnité kilométrique vélo et les indemnités forfaitaires de covoiturage. Il peut bénéficier aux fonctionnaires, CDI, CDD, intérimaires, apprentis, stagiaires, etc.

Les types de transport éligibles sont : le vélo, le scooter ou la trottinette électrique, le covoiturage, les transport en public (autres que ceux soumis aux 50% de prise en charge par l’employeur) et les services d’autopartage. À partir de janvier 2022, l’achat d’une trottinette ou d’un skateboard électrique pour le collaborateur s’ajoutera à cette liste.

 

Le crédit mobilité

Ce dispositif s’adresse à des collaborateurs qui ont le droit à une voiture de fonction. Il permet de remplacer et utiliser le budget du véhicule de fonction pour d’autres mobilités, moins restrictives que le forfait mobilité durable mais sur lesquelles s’appliquent le système d’avantages en nature.

Le crédit mobilité permet aux collaborateurs de choisir comment ils vont au travail.

 

Comment la problématique développement durable est traitée par les entreprises ?

Cette démarche est généralement menée par les équipes Ressources Humaines et RSE. Elles travaillent notamment sur la réflexion annuelle, devenue obligatoire, autour du plan de mobilité d’entreprise. Comment améliorer ce plan ? Comment réduire l’impact carbone ?

Auparavant, il s’agissait plus d’une problématique d’image alors que depuis un an, cela devient l’axe d’accroche, une volonté assumée pour les entreprises.

D’autre part, la facilité pour venir au travail pèse dans 30% du choix d’un travailleur de rejoindre ou rester dans une entreprise, presque au même titre que la rémunération. Les collaborateurs pensent à leur confort mais aussi à leur impact avec cette mobilité.

Cela oriente donc le choix des entreprises et des utilisateurs. Par exemple, dans le cas de la solution Azfalte, pour permettre aux jeunes parents de pouvoir venir au travail à vélo, les entreprises doivent leur proposer un vélo permettant de déposer leurs enfants à la crèche ou à l’école. Il faut dans ce cas adapter le forfait alloué au vélo de fonction pour permettre la mise à disposition d’un long-tail (vélo cargo).

 

Comment les territoires peuvent-ils intégrer les mobilités d’entreprise ?

L’intervention publique pour favoriser la transition de la voiture individuelle vers des modalités durables se fait à plusieurs niveaux :

  • Le Forfait Mobilité Durable est défiscalisé sur l’ensemble de son montant.
  • Les collectivités locales jouent un rôle de financeurs directs. Par exemple, certaines subventionnent les trajets de covoiturage via un opérateur comme Klaxit.
  • L’aménagement public des pistes cyclables, de voies réservées au covoiturage, d’infrastructures grâce à la Loi d’Orientation des Mobilités votée fin 2019. 
 

L’opportunité de la reprise sur site

Il ne faut pas oublier que la mobilité des collaborateurs représente en moyenne 80% des émissions de CO2 d’une entreprise de services. C’est donc l’élément principal que ces sociétés doivent ajuster pour parvenir à une neutralité carbone.

Cette période de jonglage entre télétravail et reprise site est idéale pour actionner un changement que les collaborateurs n’auraient pas été prêts à faire auparavant. Le réflexe de la voiture individuelle n’est plus aussi fort, le collaborateur se pose des questions avant de se déplacer. C’est donc le moment propice pour lui proposer des solutions plus flexibles, rationnelles et durables pour la reprise.

Nous vous donnons rendez-vous le 3 juin 2021 pour notre prochain webinaire destiné à vous aider à définir votre nouvelle politique de mobilité d’entreprise. Au programme : le témoignage d’un grand groupe français client qui a transformé sa car policy en mobility policy, en s’adressant à la fois aux collaborateurs éligibles et non éligibles à la voiture de fonction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *