Empreinte carbone et mobilité collaborateurs : c’est le moment d’agir !

Le nouveau rapport du GIEC invite chacun, à toute échelle, à se responsabiliser et à agir en faveur de la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Notre webinaire du 2 septembre 2021 était l’occasion de rebondir sur ce sujet en compagnie de Simon Létourneau. Simon est l’un des 3 fondateurs de Carbo, un outil numérique permettant à chacun, particuliers et entreprises, de calculer son empreinte carbone pour la réduire. Nous explorons ensemble quels sont les leviers possibles pour les entreprises.

Décryptage de l’actualité climatique et du rapport du GIEC

Le climat, sujet majeur des prochaines décennies

La couverture du Time annonce clairement que le climat sera le sujet majeur sur les décennies à venir.

Le réchauffement climatique va être omniprésent dans l’actualité et nos décisions. Dans l’une de ces émissions, France Inter expliquait que l’élection présidentielle 2022 aura deux thèmes principaux : l’écologie et l’identité.

Cette tendance environnementale a aussi un impact météorologique que nous avons pu éprouvé lors de cet été 2021 : les pluies abondantes, les grands feux… Ces incidents nouveaux peuvent désormais être ressentis au niveau local.

Climate is everything du Time

Les données du réchauffement climatique

Ce visuel illustre la température annuelle moyenne dans les cents dernières années :

L'augmentation de la température en France

L’évolution est assez marquante puisqu’il ne s’agit pas juste de quelques dixièmes de degrés d’augmentation. On parle de presque 4°C. Dans les 120 dernières années, les 10 années les plus chaudes se situent dans la dernière décennie.

Le rapport du GIEC expose que nous en sommes déjà à 1,09°C d’augmentation par rapport à la période pré-industrielle. L’idée des accords de Paris est de ne pas excéder les + 1,5°C mais la tendance actuelle va à l’encontre de cette limite.

L’empreinte carbone individuelle et professionnelle

Les générations présentes ont un rôle à jouer pour les 50 prochaines années.

Un Français moyen émet en moyenne 12 tonnes de CO2 par an avec cette répartition moyenne :

Répartition des émissions carbone des Français

Or il faudrait que l’empreinte carbone individuelle n’excède pas 2 tonnes pour que la planète puisse l’absorber. Autrement dit, il faudrait réduire par 6 nos émissions de gaz à effet de serre pour atteindre cet objectif.

Il faut toutefois être vigilant à ne pas sur-responsabiliser l’individu. Nous avons la main sur un quart de notre empreinte carbone. L’autre partie est dûe aux politiques publiques et aux entreprises.

Chaque entreprise devrait réduire ses émissions de 4,2 % chaque année pour permettre d’atteindre cet objectif.

La technologie ne peut pas tout résoudre

On vit dans une société qui valorise ce que Simon appelle la “techno-béattitude” : l’état d’esprit qui considère que, grâce à la technologie, nous trouverons des solutions aux enjeux climatiques.

Pourtant, aucun expert ne parvient à prouver que la technologie suffira à faire baisser les émissions de CO2. Il est donc important d’entrer dans une démarche de réduction de son empreinte carbone à toute échelle.

Dans l’exemple ci-dessous, on observe que l’évolution technologique ne suffira pas à changer les habitudes de consommation, de transport et l’utilisation de l’espace urbain. La majorité de ce dernier est consacré à un seul mode de transport (la voiture). Le fait d’avoir des politiques de mobilités diversifiées dans les villes permet de penser l’espace urbain différemment.

Place de la voiture dans l'espace public

La mission de Carbo

Comprendre l’inaction face au changement climatique

Carbo s’attaque au problème de l’inaction face au changement climatique. 

Cela fait 50 ans que nous connaissons le phénomène du réchauffement climatique, grâce au rapport de Rome. Ce dernier explique qu’il est impossible d’avoir une croissance infinie sans une explosion des émissions de CO2.

À chaque sortie du rapport du GIEC, les titres de l’actualité médiatique sont les mêmes : “il sera bientôt trop tard”, “le SOS”, “nous ne sommes pas du tout sur la bonne trajectoire”, etc.

On comprend donc que la prise de conscience du réchauffement climatique n’est pas le problème. Il s’agit bien de l’inaction.

Carbo a fait ses hypothèses sur les raisons de l’inaction :

  • Le sujet est complexe, nous ne savons pas par où commencer.
  • Les actions mises en œuvre n’ont pas forcément un impact direct et local.
  • La dé-responsabilité globale : les entreprises rejettent la faute aux états, qui rejettent la balle aux individus et ces derniers aux entreprises.

Calculer son empreinte carbone pour mieux la réduire

La mission de Carbo est d’amplifier la prise de conscience pour réduire notre empreinte carbone par deux moyens :

  • Mesurer son empreinte carbone grâce à la technologie.
  • Réduire ses émissions via la pédagogie.

Parler du réchauffement climatique de manière négative ne change pas les comportements. Il faut passer des sciences mathématiques aux sciences comportementales : comment fait-on pour modifier l’attitude d’une société ?

Pour inciter cette dernière à passer à l’action, Carbo utilise la comparaison : elle met en parallèle les bilans carbone de plusieurs entreprises de même taille et domaine d’activité.

Carbo a développé une solution numérique pour les entreprises qui permet de piloter son empreinte carbone. 

Plateforme Carbo

Actuellement, plus de 150 sociétés clientes certifient le bilan carbone de leur activité et le pilote, avec notamment comme objectif de rentrer dans les accords de Paris.

Parmi les éléments qui incitent les entreprises à aller vers une démarche de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, on retrouve :

  • Les investisseurs
  • Les clients
  • Les collaborateurs
  • Les certifications et labellisations
  • La sensibilité individuelle au sujet

Il est aujourd’hui indispensable pour sa marque employeur qu’une entreprise aille vers une démarche plus responsable.

Mesurer les effets d’une mobilité d’entreprise plus durable sur l’empreinte carbone 

Azfalte et Carbo cherchent à lier leurs tableaux de bords pour permettre aux entreprises de mesurer les effets de l’utilisation du vélo de fonction : nombre de trajets, économie de CO2 réalisée.

Utiliser une mobilité plus durable telle que le vélo fait par ailleurs partie des premières recommandations adressées par Carbo à leurs entreprises clientes.

Il est aussi possible d’adapter les actions en faveur de l’environnement selon les sites de son entreprise. Certaines implantations d’une société vont pouvoir ajuster le sourcing produit tandis que d’autres ne le pouvant pas peuvent se concentrer sur la mobilité de leurs collaborateurs. 

Azfalte a par exemple aidé Engie à écrire sa nouvelle politique de mobilité d’entreprise en fonction de ses différents sites mais aussi des collaborateurs bénéficiant d’une voiture de fonction.

Comment sont recueillies les données sur l’empreinte carbone ?

La plateforme Carbo étant connectée aux différents services de l’entreprise, les données sont mises à jour de manière mensuelle.  Elles se consultent chaque mois ou trimestre, au même titre que les données financières. Elles permettent de voir si les actions menées, telles que le vélo de fonction Azflate, ont un réel impact.

Côté Azfalte, les mesures de l’empreinte carbone liée au vélo de fonction sont réalisées de deux manières :

  • Grâce à la révision annuelle incluse dans toute location qui permet de faire un relevé kilométrique.
  • Grâce au tracker Invoxia positionné sur les vélos de fonction. Il peut par exemple permettre d’afficher les économies réalisées par les collaborateurs sur un tableau de bord dans un hall d’entrée.

En conclusion, devant la place grandissante des enjeux climatiques, il est capital d’entrer dans une politique de réduction de son empreinte carbone en agissant, chacun, à tous niveaux : personnellement, dans son entreprise et au niveau citoyen. La mobilité se présente souvent comme l’un des premiers leviers à actionner.

Nous vous donnons rendez-vous vendredi 8 octobre pour notre prochain webinaire avec comme invité de choix Stein van Oosteren, auteur de l’ouvrage “Pourquoi le vélo ?”. Nous lèverons ensemble un à un les freins liés au vélo tels que l’accidentologie, la responsabilité employeur, le prix, la distance, etc.

Ouvrir le chat
1
Besoin d'aide ?
Bienvenue sur le Whatsapp d'AZFALTE !
Comment pouvons-nous vous aider ?